M. Chassanite et ses élèves latinistes de Bretagne.











mardi 31 octobre 2017

Les chapelles grecques des îles du Frioul à Marseille

Depuis le début du XIXème siècle la fièvre jaune provoquait des épidémies contre lesquelles les autorités ne savaient se prémunir. 29 000 soldats du corps expéditionnaire français étaient morts à St Domingue en 1802, et une nouvelle épidémie avait fauché 20 000 habitants de Barcelone en 1821.
Le gouvernement de Louis XVIII et les autorités sanitaires locales décidèrent donc la création d'un hôpital sur l'île de Ratonneau, une des îles du Frioul. 
L'archipel du Frioul est un ensemble de quatre îles au large de Marseille, dont la plus célèbre est l'île d'If censée avoir accueilli Edmond Dantès. 
La décision de construire fut prise en 1821, les plans  confiés à l'architecte Michel Robert Penchaud (1772-1833), dont l'activité était considérable à Marseille et dans les environs au début du XIXème siècle. Penchaud était aussi un antiquaire au sens ancien du terme puisqu'il possédait une belle collection de monnaies antiques. 




Plan de l'hôpital. Sources : http://l-estrangie-e-li-santoun.over-blog.com/2014/09/l-hopital-caroline-sur-l-ile-du-frioul.html


Projet de restauration avec une vue d'ensemble du site. A noter toutefois que seule une partie du site, actuellement en ruine, sera remis en état. Sources : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/marseille-de-la-grande-peste-aux-58682


Les travaux prirent fin en 1828. 
De nos jours, le visiteur est surpris de découvrir au centre de l'hôpital un temple grec sur un haut podium. Penchaud était certes un admirateur de l'art antique, comme tous les architectes de son temps, et les bâtiments aux larges arcades reflètent cette influence. A-t-il plagié l'architecture grecque ou une construction  antique aurait-elle préexisté à l'édification de l'hôpital ? 




Le temple grec est en fait une chapelle chrétienne du XIXème siècle, construite de toutes pièces. Les raisons d'un tel choix esthétique sont difficiles à établir, faute de documents d'époque ou de confidences faites par Penchaud. Le sur-élèvement de la chapelle permettait cependant aux malades d'observer la messe depuis les lits des établissements de soin situés autour. Ce serait donc le podium qui aurait fait naître l'idée d'une architecture antique pour la chapelle.



                                                                         
       
La seconde chapelle grecque, construite dans le même style que celle de l'hôpital, est appelée "chapelle de la quarantaine". Elle domine le port du Frioul, en contrebas de l'hôpital. Ouverte à tout vent, selon le principe de la chapelle du haut, elle permettait aux marins bloqués dans les bateaux consignés par la quarantaine de suivre de loin les offices. Mais elle était aussi un rappel des origines grecques de la ville, et représentait pour les  marins étrangers un premier aperçu sur la cité phocéenne. 

                       

                       


                                         

Sources : http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=13207_3


Les sources sont rares sur l'histoire de l'hôpital de l'île de Ratonneau. On peut cependant lire avec profit l'article suivant : L'hôpital Caroline par le Professeur Georges François, sur le site http://patrimoinemedical.univmed.fr/articles/article_hopitalcaroline_v2.pdf


vendredi 27 octobre 2017

Le snobisme culturel

Le snobisme de l'art moderne, caractérisé par une absence total de discernement, ne frappe pas que la France, hélas. 
Pour une pas être en reste, les édiles de Rome ont régulièrement le désir de parsemer la ville de quelques objets à l'inutile laideur dont la seule excuse est la franche hilarité qu'ils provoquent parfois. Mais il est vrai que l'art moderne s'est opportunément affranchi de la notion de beau.

Ainsi, cet été, un "artiste", nous tairons son nom charitablement, disposa sur le Palatin quelques "productions" : mot adéquat, car phonétiquement proche de "pollution", et neutre, comme peuvent l'être ces choses sans intérêt ni but. 

Ces constructions, heureusement éphémères, n'abritaient pas d'expositions temporaires, contrairement à ce que pensaient certains touristes étourdis.

Convenons-en : le stade de Dioclétien est rendu nettement plus intéressant. 


Pourquoi n'y a -t-on pas pensé plus tôt : un spoutnik dans le palais d'Auguste !

Hélas, c'est régulièrement que les monuments antiques de l'admirable ville de Rome sont agressés par la bêtise moderniste. En 2013, les Case Romane del Celio avaient été encombrées par des installations superflues et envahissantes. La revue  italienne Artribune s'en faisait le triomphal écho.

                            


Ces deux dernières photographies sont tirées du site de la revue Artribune.com
Le responsable a un nom, mais peut-être vaut-il mieux ne pas le répandre.

dimanche 8 octobre 2017

Le domaine gallo-romain de Cesson-Sévigné

    Dimanche 17 septembre, l'INRAP s'est mobilisé pour accueillir les visiteurs sur le site  de la villa gallo-romaine de Cesson-Sévigné (35) près de Rennes. 
 
    La villa a été découverte lors de fouilles préventives, sur le site de la future  ZAC de ViaSilva, l'ambitieux projet urbain de la ville de Cesson -Sévigné. Les très nombreux curieux ont profité de cette nouvelle journée du patrimoine européen pour découvrir une villa du 1er siècle après J.C. installée sur 7 ha, comprenant une partie rustica et une partie urbana non encore fouillée. 

    La partie rustica n'est pas spectaculaire, car les bâtiments non rien de la sophistication des entrepôts d'Ostie. Seul le sol nous permet d'imaginer ce qu'étaient les emplacements des communs, des écuries et des hangars.

    Le domaine était au croisement de plusieurs routes antiques, dans cette partie nord de Condate. La route que l'on aperçoit sur les clichés ci-dessous, s'arrêtait à la porte du domaine ; au dominus, ensuite, de l'entretenir. Elle aboutissait d'ailleurs à des écuries, vastes, placées près d'une cour où les chariots et les équipages pouvaient descendre et manoeuvrer. 

    Mais les fouilles ont surtout permis la mise à jour de thermes privés remarquables par leur taille et leur caractère complet. Chauffés par hypocauste, les salles comprenaient toutes les salles habituelles, et un bassin d'eau froide.

    On attend avec impatience les fouilles de la partie urbana ; pour l'instant le champ sur lequel se situe la villa est non fouillé, pollué par des matériaux chimiques. Dans quelques semaines les excavations non en diront plus, nous apprendront peut-être qui était ce riche colon qui a créé de toutes pièces un vaste domaine  dans cette zone alors inexploitée. 


Une image du cabinet d'architectes chargé des plans de la ZAC.

Le plan des futurs aménagements.



Ces deux photos sont prises à l'endroit des entrepôts et des écuries.

En haut de l'image, derrière les rubans, la route venant de Fougères se termine.

Un tronçon de la route intégrée dans le domaine agricole.
Sur le sol, une trace de bombage par lequel les archéologues délimitent les zones à creuser.

Les thermes, depuis un drone.




Deux images de l'INRAP proposant une reconstitution, hypothétique mais probable, des thermes.

Sur cette carte des voies romaines d'Armorique, Condate apparaît bien comme un noeud routier.

lundi 10 juillet 2017

Les Beatles en latin

Avis aux amateurs des 5 de Liverpool :  deux sites permettent de découvrir des traductions en latin de leurs plus grands succès.



Résultat de recherche d'images pour "beatles astérix"
Ex Asterige apud Britannos.

Flava Navis Sub Aqua

In oppido quae natus sum
Homo vivebat qui ad mare navigavit,
Et nobis vitae narravit
In terra navium sub aqua.
Sic ad solem navigavimus
Donec mare viridis invenimus
Et viximus sub fluctibus
In nostra nave flava sub aqua.
Omnes vivimus in nave flava sub aqua,
Quadam navis flava,
Quadam navis flava.
Omnes vivimus in nave flava sub aqua,
Quadam navis flava,
Quadam navis flava.
Et amici nostri omnes in navi sunt,
Multi plures illorum juxtim viventes,
Et organici canere ineunt…
Omnes vivimus in nave flava sub aqua,
Quadam navis flava,
Quadam navis flava.
Omnes vivimus in nave flava sub aqua,
Quadam navis flava,
Quadam navis flava.
Ut vitam otii vivimus,
omnis nostrum omnia habens quae requiramus
caelum caeruleum, mare viridis,
in nostra nave flava sub aqua.
Omnes vivimus in nave flava sub aqua,
Quadam navis flava,
Quadam navis flava.
Omnes vivimus in nave flava sub aqua,
Quadam navis flava,
Quadam navis flava.

Yellow Submarine

In the town where I was born
Lived a man who sailed to sea,
And he told us of his life
In the land of submarines.
So we sailed on to the sun
’Til we found the sea of green
And we lived beneath the waves
In our yellow submarine.
We all live in a yellow submarine,
Yellow submarine,
Yellow submarine.
We all live in a yellow submarine,
Yellow submarine,
Yellow submarine.
And our friends are all aboard
many more of them live next door,
and the band begins to play…
We all live in a yellow submarine,
Yellow submarine,
Yellow submarine.
We all live in a yellow submarine,
Yellow submarine,
Yellow submarine.
As we live a life of ease,
Every one of us has all we need,
Sky of blue, sea of green,
In our yellow submarine.
We all live in a yellow submarine,
Yellow submarine,
Yellow submarine.
We all live in a yellow submarine,
Yellow submarine,
Yellow submarine.


D'autres traductions sont à découvrir  ici  :  http://beatlesinlatin.com/



Trois  autres pages sont à lire à cette adresse  :

 http://www.openculture.com/2017/01/hip-1960s-latin-teacher-translated-beatles-songs-into-latin-for-his-students.html

lundi 19 juin 2017

Les journées européennes de l'archéologie à Rennes

Les fouilles du Parc des Tanneurs à Rennes (35)


En Septembre 2016 les archéologues de l'INRAP avaient accueilli les visiteurs sur le site de l'Hôtel Dieu. Le quartier nord antique de Rennes avait été mis au jour, avec rues et domus, puis cimetière du IVème au VIIème siècle (voir l'article de septembre 2016). Pour mémoire, voici une photo du site d'alors.


Le cimetière sur le site de la domus.

Ainsi va la vie des fouilles de sauvegarde : le terrain doit être rendu au propriétaire. Depuis novembre, les travaux ont repris, un immeuble de luxe est sorti de terre à l'emplacement des magasins et de la rue, la terre du cimetière et la domus nord ont été rasés, égalisés. 


Plus de cimetière

Les magasins et la chaussée de galets, à droite.
Le parking souterrain et l'immeuble qui vont remplacer les vestiges.


Les fouilles se poursuivent plus au nord, de l'autre côté de la rue Saint-Martin, à quelques dizaines de mètres. Sur le plan (fourni par l'INRAP) la ville de Rennes antique est représentée avec l'extension au nord : le parc municipal des Tanneurs (clic droit, ouverture nouvel onglet, agrandissement).


Cette fouille est importante : les limites de Condate, l'ancienne Rennes, sont ainsi repoussées et l'on peut supposer que le parc tout entier devait être urbanisé avant le IVème siècle ; en outre, deux nouvelles voies de circulation ont été découvertes. Il s'agirait donc d'un ilôt d'habitation dont on ne connaît pas exactement la superficie. Une domus y était construite, suffisamment importante pour qu'un hypocauste ait été installé, un étage construit. Au sud du bâtiment une autre construction a été révélée, avec cave et cage d'escalier, mais sa fonction précise (maison, magasin, entrepôt ?) n'est pas encore établie.


Plan de la domus du Parc des Tanneurs

Le praefurnium, à l'entrée de l'hypocauste. 
Un cimetière a aussi remplacé l'ilôt d'habitation, comme de l'autre côté de la rue. Aux 500 corps trouvés, archivés et bientôt étudiés, il faudra ajouter ceux (combien ?) qui seront découverts ici.


Corps inhumés entre le IVème et le VIIème siècle.


Pour l'instant neuf tombes et quatre sarcophages en plomb ont été retrouvés sur le site du Parc des Tanneurs, témoins de la christianisation des populations locales : l'inhumation est en effet révélatrice de l'évolution des pratiques funéraires à cette époque. 

C. Chassanite

vendredi 14 avril 2017

Homo Romanus animal memor est



In Romanis antiquiis temporibus, memoria magnum pondus habet, sed arcana manet.

   Memoriam habere in hominis definitione secundum Ciceronem continetur : « animal hoc providum, sagax, multiplex, acutum, memor, plenum rationis et consilii, quem vocamus hominem. » (De legibus, I, 22).

   Homo excellens, nobilissimus, memoriam deponere non potest : quae virtus est. In De Senectute tractatu a Cicerone scripto, Cato negat senum memoriam robur amittere. In eodem tractatu (qui quoque Cato Major inscribitur), Cato dicit per diaeteticam memoriam tam validam quam corpus esse, tamtum pigros viros obliviosos fieri.

   In Roma antiqua nemo, ne medici quidem, sibi fingit memoriam aegram vel languidam esse posse. Nullus medicus animo fingere potest morbum quemdam esse sicut Alzheimer morbum qui ad senes pertinet, nam vitae spes brevior est quam in nostris temporibus. Memoria non separata ab corpore est, quasi in potestate corporis est. Sunt casus memoriae amissae, quos Plinius Senior commemorat : « Ictus lapide oblitus est litteras tantum ; ex praealto tecto lapsus matris et adfinium propinquorumque cepit oblivinionem, alius aegrotus servorum, etiam sui vero nominis Messala Corvinus orator » (Plinius Senior, Naturalis Historia, VII, 90). Quae memoriae defectiones icti aut morbi externi condiciones sunt.

   Ubi memoria in hominis corpore ponitur ? Multi loci sunt quia Romani secum quaerunt si memoria in corde sit (verbum praesens in recordatione), in aure (locus quo alicujus verba accipiuntur), in stomacho (per memoriae similitudinem sensus sunt cibi). Memoriane animi instrumentum est, hominis spiritualis vis, aut mentis instrumentum, rationalis cogitationis ? Homo Romanus id nescit.

   Tum memoria virtus est quae commercia tuta cum aliis firmat : ejus gratia civis majores suos, nomen, officia reminiscit.

   Romanus tamen ut memoriam amittat in duobus temporibus permittitur. In convivio vinum, dum Romanus otiosus est, consumptum non damnatur : negotia et res publicas oblivisci permittit. Amor quoque oblivionem facit, ob beatitudinem sensuum quae efficitur. Quintus Horatius Flaccus poeta liberi civis dua tempora colligit , sed dua tempora privata longe ab publicis muneribus sunt. Phrynen, graecam amicam amat, et ipse amoris consequentiis obstupescit : « Mollis inertia cur tantam diffuderit imis / oblivionem sensibus, / pocula Lethaeos ut si ducentia somnos arente fauce traxerim, / candide Maecenas, occidis saepe rogando [...]. » (Horatius, Epodon liber, 14, 1-5).


Mnémosyne, mosaïque du musée d'Antioche.


Dans l'Antiquité romaine, la mémoire a une grande importance, mais elle reste mystérieuse.

   Le fait d'avoir de la mémoire entre dans la définition que Cicéron donne de l'homme : « cet être vivant qui est prévoyant, pénétrant, multiple, qui a de l'acuité, de la mémoire, qui est plein de raison et d'intelligence, que nous appelons homme » (De legibus, I, 22). L'homme excellent, appartenant à l'élite, ne peut perdre la mémoire : elle est une qualité. Dans le De Senectute de Cicéron réfute l'idée selon laquelle la mémoire des vieillards perd en vigueur. Dans le Cato Major, Caton dit que son hygiène de vie lui donne une mémoire aussi bonne que son corps, que seuls les paresseux deviennent oublieux.

   À Rome, personne, pas même les médecins, ne s'imagine que la mémoire puisse être malade ou défaillante. Aucun médecin ne peut imaginer une maladie comme la maladie d'Alzheimer qui touche les vieillards, car l'espérance de vie est plus courte qu'aujourd'hui. La mémoire n'est pas isolée du corps, elle en dépend. Il existe des cas d'amnésie, que Pline l'Ancien mentionne. « Frappé par une pierre, un homme oublia seulement les lettres ; tombé du haut d'un toit très élevé, un autre ne reconnut plus ni sa mère, ni ses parents par alliance, ni ses proches ; un autre ne reconnut plus ses esclaves pendant une maladie ; l'orateur Messala Corvinus oublia jusqu'à son propre nom » (Histoire naturelle, VII, 90). Ces cas d'amnésie sont toujours causés par un choc ou une maladie extérieurs.

   Où la mémoire se situe-t-elle en l'homme ? Les localisations sont nombreuses, on se demande si elle demeure dans le coeur (cor, mot présent dans recordatio), l'oreille (lieu où sont reçues les paroles de quelqu'un), l'estomac (par analogie à la mémoire, les sentiments constituent les aliments). La mémoire est-elle un instrument de l'âme, animus, énergie spirituelle de la personne ou de l'esprit, mens, sa pensée rationnelle ? L'homme romain ne le sait pas.

   La mémoire est en tout cas une qualité qui assure de bonnes relations avec les autres humains : grâce à elle, le citoyen se souvient de ses ancêtres, de son nom, de ses devoirs.

   L'homme romain peut cependant être autorisé à perdre la mémoire temporairement en deux circonstances. Le vin consommé dans un banquet, pendant son otium, n'est pas jugé négativement : il permet d'oublier les affaires, la politique. L'amour provoque aussi l'oubli, par la béatitude causée par la personne aimée. Horace résume ces deux moments de la vie du citoyen libre, mais ce sont deux moments privés où le citoyen n'exerce plus son rôle politique. Il est amoureux de Phryné, courstisane grecque, et s'étonne lui-même des conséquences de l'amour : « Pourquoi une paresse amollissante a répandu au plus profond de mes sens, comme si j'avais aspiré, d'une gorge desséchée, des coupes versant avec elles un sommeil léthéen, tu me tues, loyal Mécène, à me le demander sans cesse […]. » (Horace, Épodes, 14, 1-5).

Clarisse Chassanite scripsit (Terminale S5).


vendredi 30 décembre 2016

De Saturnaliis festibus



De Saturnaliis festibus


Si Romam in antiquis temporibus incoluisses, particeps Saturnaliorum fuisses. Saturnalia dies festi Saturni dei honorandi sunt. Per solsticium brumale, circa mensem decenbrem medium geruntur. Illa sollemnia auream aetatem memorant, Saturni regnum. Sacra, sacrificia in Saturni templo publice eveniunt. In illo tempore voluptate et gaudio homines exsultant. Sed praecipue commercium inter homines vertuntur : gerunt servi pileum, servi liberti signum, colloquuntur et libenter agunt, dum domini servorum partem agunt. Omnes Romani togam relinquunt et tunicam, humilem vestem, gerunt. Tribunalia et scholae clauduntur, bella et sceleratorum supplicia ultima prohibentur. Turba et pueri in viis clamando « Io Saturnalia ! » currunt. Universi dona, cerae cundelae, panis imagunculae offerunt, magnificentissima epula apparantur. Imagunculae domorum in liminibus et compitorum aediculis religiosis appenduntur.



Les Saturnales




Si aviez habité à Rome dans l'Antiquité, vous auriez participé aux Saturnales. Ce sont de grandes fêtes romaines célébrées en l'honneur de Saturne. Elles se déroulent pendant la période du solstice d'hiver, pendant le mois de décembre. Ces fêtes évoquent l'âge d'or, règne de Saturne. Des cérémonies religieuses, un sacrifice ont lieu au temple de Saturne. Ce sont des jours de plaisir et de joie. La relation entre le maître et l'esclave est bouleversée : les esclaves portent le pileus, bonnet emblème de l'esclave affranchi, ils parlent et agissent sans contrainte, leurs maîtres les servent. Tous les Romains laissent la toge et portent la tunique, vêtement humble. Les tribunaux et les écoles ferment, les guerres et exécutions de criminels sont interdites. La foule et les enfants courent dans les rues en criant « Io Saturnalia ! ». Tout le monde s'offre des cadeaux, chandelles de cire, figurines de pain, on organise de somptueux banquets. Des figurines sont suspendues au seuil des maisons et aux chapelles des carrefours.

Scripsit Clarisse Chassanite (Terminale S5)

Copie faite au XVIIème siècle d'un manuscrit du IVème,
le Chronographe de 354 de Furius Dionysius Filocalus.
 (Source, Wikipedia)