lundi 15 avril 2024

Herculanum au mois d'avril

Madame Rozenn Voland-Raaba nous a adressé ces quelques photos, prises la première semaine d'avril, à Herculanum. Thermopolium, laraire, thermes, et quelques fresques, sans la foule des mois d'été.

dimanche 28 février 2021

 



LE CHARIOT PROCESSIONNEL À QUATRE ROUES. LA DERNIÈRE DÉCOUVERTE DE POMPEI


Le parc archéologique de Pompéi et le parquet de Torre Annunziata annoncent une découverte extraordinaire, qui a émergé intacte de la fouille de la villa de banlieue de Civita Giuliana, au-delà des murs au nord de l'ancienne ville de Pompéi, comme dans le cadre des opérations conjointes lancées en 2017 et conformément au protocole d'accord signé en 2019, qui visait à lutter contre les activités illégales qui avaient été menées dans la zone.

Un grand char de cérémonie à quatre roues, avec ses composants en fer, de belles décorations en bronze et en étain, des restes de bois minéralisés et des empreintes de matières organiques (des bouts de cordes subsistant de la décoration florale), a été découvert presque intact dans le portique face à l’écurie où, en 2018, les restes de 3 équidés, dont un cheval encore dans son harnais, avaient déjà été retrouvés.

C'est une découverte exceptionnelle, non seulement parce qu'elle ajoute un élément supplémentaire à l'histoire de cette demeure et au récit des derniers instants de la vie de ceux qui y ont vécu, ainsi que plus généralement à notre compréhension du monde antique, mais surtout parce qu'elle représente une trouvaille unique - qui n'a pas d'équivalent en Italie jusqu'à présent - dans un excellent état de conservation.

Le projet de fouille en cours a un double objectif : d'une part, coopérer avec les enquêtes du parquet de Torre Annunziata, afin de mettre un terme au pillage du patrimoine culturel par les auteurs qui avaient creusé plusieurs tunnels dans la zone afin d’intercepter des trésors archéologiques et, deuxièmement, révéler l'une des villas les plus importantes de la région du Vésuve et la protéger contre de nouveaux pillages.

Les fouilles, qui nous ont également permis de vérifier l'étendue des tunnels illégaux et les dégâts qu'ils ont infligés au patrimoine culturel, se sont constamment accompagnées d'opérations de stabilisation et de restauration de ce qui n'a cessé d'émerger. En effet, dès le départ, la fouille a été caractérisée par une complexité technico-opérationnelle considérable, puisque les pièces à étudier se trouvent partiellement en dessous et à côté des habitations modernes, avec toutes les difficultés structurelles et logistiques qui en résultent.

L'EXCAVATION

Les interventions qui ont été effectuées ces derniers mois ont nécessité une planification minutieuse de la part d'une équipe interdisciplinaire composée d'archéologues, d'architectes, d'ingénieurs, de restaurateurs, de vulcanologues et d'ouvriers spécialisés mais aussi, au fur et à mesure des fouilles, d'archéobotanistes et d'anthropologues. Une excavation a ensuite été réalisée qui a atteint une profondeur de 6 mètres par rapport au niveau de la route, avec stabilisation à la fois des fronts d'excavation et des structures de maçonnerie robustes - qui ont été conservées jusqu'à un niveau de 4 mètres - qui ont émergé au cours de la recherche.

Dès le début, la fouille de la salle où le char a été retrouvé a révélé son caractère exceptionnel : la zone en question est en fait un portique à deux niveaux qui s'ouvre sur une cour découverte, et qui présente le plafond en bois carbonisé avec son réseau de poutre, conservées dans son intégralité.


Conformément à la perspective interdisciplinaire systématiquement adoptée lors des fouilles du parc archéologique de Pompéi, des analyses archéobotaniques ont été menées sur le bois, qui ont montré que le plafond était construit en bois de chêne feuillu, un bois fréquemment utilisé à l'époque romaine pour les éléments de structure. La structure en bois carbonisé de la porte du côté sud de la pièce, qui reliait le portique à l'écurie où les trois équidés ont été récemment découverts, a également été préservée et, après analyse, a été identifiée comme du bois de hêtre.

Le plafond en bois a été soigneusement consolidé, nettoyé et retiré de la zone d'excavation afin de permettre la poursuite des investigations.

Le 7 janvier, un artefact en fer, dont la forme suggérait la présence d'un artefact enfoui, a émergé du revêtement de matériau volcanique qui avait inondé le portique, juste en dessous du plafond en bois enlevé.


Les fouilles, qui se sont déroulées lentement au cours des semaines suivantes en raison de la fragilité des éléments qui émergeaient progressivement, ont mis au jour un char de cérémonie, miraculeusement épargné à la fois par l'effondrement des murs et du plafond de la pièce et par les activités illégales, avec des tunnels le passant des deux côtés, mais sans compromettre la structure.


 


LA MICRO-EXCAVATION

Dès son identification, la fouille du char s'est avérée particulièrement complexe en raison de la fragilité des matériaux impliqués et des conditions de travail difficiles ; il a donc fallu procéder à une micro-excavation menée par les restaurateurs du Parc, spécialisés dans le traitement du bois et des métaux. Dans le même temps, chaque fois qu'un vide était découvert, du plâtre était versé dans le cadre d'une tentative de préserver l'empreinte de la matière organique qui n'était plus présente. Par conséquent, il a été possible de conserver le fût et la plate-forme du char, ainsi que les empreintes de cordes, révélant ainsi le char dans toute sa complexité.


Compte tenu de l'extrême fragilité du char et du risque d'éventuelles opérations illégales et de dommages causés par des fuites d'informations, l'équipe travaille chaque week-end depuis la mi-janvier, à la fois pour garantir sa conservation mais aussi pour envoyer un signal fort de l'action du Parc pour protéger le patrimoine, aux côtés du parquet de Torre Annunziata et des officiers du quartier général des carabiniers de Naples pour la protection du patrimoine culturel, assistés par des enquêteurs du commandement du groupe des carabiniers de Torre Annunziata. Cette collaboration a également conduit à la participation de techniciens du parc au procès en cours des prétendus excavateurs illégaux, qui ont sévèrement frappé cette villa ces dernières années.

Une fois la micro-fouille in situ terminée, les différents éléments du char ont été transportés au laboratoire du parc archéologique de Pompéi, où les restaurateurs travaillent pour achever l'enlèvement des matériaux volcaniques qui engloutissent encore certains éléments métalliques, et pour commencer la longue restauration et reconstruction du char.

Ce qui a émergé a été systématiquement enregistré grâce à une documentation photographique soignée et à des relevés par scanner laser





Localisation de la Villa Civita Giuliana au nord de Pompéi


LE CHARIOT

Le char a été retrouvé à l'intérieur d'un portique à deux niveaux qui donnait probablement sur une cour découverte, non loin de l'écurie déjà étudiée, à laquelle il était relié par une porte.

La couche de cinérite qui a enseveli le char avait permis la préservation de ses dimensions d'origine et des pièces individuelles qui marquent la structure reliée.

L'artefact en question est un char à quatre roues qui, sur la base d'informations enregistrées par des sources et des quelques traces archéologiques qui ont été découvertes à ce jour, peut probablement être identifié comme un pilentum, un véhicule de transport utilisé dans le monde romain par les élites dans des contextes cérémoniels.


Au sommet de hautes roues en fer, reliées par un système mécanique avancé, repose le chariot léger (0,90 x 1,40 m), ou la partie principale du char, où se trouvait le siège, entouré d'un bras et de dossiers métalliques, pour une ou deux personnes.

La voiture est richement décorée des deux côtés avec une alternance de tôles de bronze gravées et de panneaux de bois peints en rouge et noir, tandis qu'à l'arrière, un système décoratif complexe et étendu comprend trois registres distincts avec une succession de médaillons de bronze et d'étain avec des scènes figuratives.

Ces médaillons, sertis en tôle de bronze et entourés de motifs décoratifs, montrent des figures masculines et féminines en relief, représentées dans des scènes érotiques.


La feuille de bronze est également décorée dans sa partie supérieure de petits médaillons, également en étain, qui représentent des amours engagés dans diverses activités. Dans la partie inférieure du char, il y a un petit hermès femelle en bronze avec une couronne.


Des analyses archéobotaniques ont également été menées dans ce cas, qui ont montré que le bois utilisé pour créer les structures latérales et l'arrière du char, auquel les éléments décoratifs en bronze étaient fixés avec de petits clous et des pinces, était du hêtre, qui convient particulièrement à ce type de production.

Ce type de char est tout à fait unique en Italie, non seulement en raison de son état de conservation, car nous n’avons pas seulement des décorations individuelles mais l'ensemble du véhicule, mais aussi parce qu'il ne s'agit pas d'un chariot utilisé pour le transport de produits agricoles ou les activités de la vie quotidienne, comme cela est déjà attesté à Pompéi et à Stabies.

On se rappellera que dans l'écurie voisine, déjà étudiée, il était possible de créer des moulages non seulement de l'auge, mais aussi d'un grand cheval, qui portait un riche harnais de bronze.

Dans la même pièce, deux autres chevaux ont été découverts, l'un couché sur son côté droit et l'autre sur sa gauche, dont il n'a malheureusement pas été possible de faire un plâtre en raison des dommages causés par les tunnels des pilleurs de tombes, et la construction ultérieure des cavités, qui a détruit le contexte de la découverte. Néanmoins, d'autres éléments de harnais en bronze ont été récupérés, relatifs à une selle et à d'autres éléments de parade, qui peuvent certainement être reliés au char nouvellement découvert.

Le document ci-dessus a été légèrement adapté par mes soins, mais surtout allégé de quelques déclarations officielles du ministre des biens culturels et du procureur local. L'original est à cette adresse :

http://pompeiisites.org/comunicati/il-carro-da-parata-di-civita-giuliana-lultima-scoperta-di-pompei/

_______________________________________________________________________________

Le pilentum  est  un char  d’apparat jusqu’ici peu documenté. Isidore  de  Séville (Orig. XX, 12) signale qu’il peut comporter quatre roues. 

[1] Carrum a cardine rotarum dictum; unde et currus dicti, quod rotas habere videntur. Rota autem dicta quod ruat; et rotundum a rota vocatum. [2] Reda genus vehiculi quattuor rotarum. Has antiqui retas dicebant, propter quod haberent rotas. [3] Carpentum pompaticum vehiculi genus [est], quasi carrum pompaticum. Plaustrum vehiculum duarum rotarum quo onera deferuntur: et dictum plaustrum, quia volvitur, quasi diceret pilastrum. Caracutium vehiculum altissimarum rotarum, quasi carrum acutum. Capsus carruca undique contecta, quasi capsa. [4] Pilentum vel petorritum contecta quattuor rotarum vehicula, quibus matronae olim utebantur. Vergilius (Aen. 8,666): Pilentis matres [in] mollibus. Horatius (Sat. 1,6,104)

mercredi 2 septembre 2020

Jean Paul II défenseur du latin

ALLOCUTIO IOANNIS PAULI PP. II
AD EOS LECTISSIMOS VIROS, QUI PRAESUNT OPERI FUNDATO «LATINITAS», AD VICTORESQUE “CERTAMINIS VATICANI” XXI, UNA CUM CARD. PERICLE FELICI CORAM ADMISSOS

Die XXII mensis Novembris, anno Domini MCMLXXVIII


Venerabilis Frater Noster ac dilecti fìlii,

LIBENTER VOS SALUTAMUS, qui linguae Latinae excolendae et provehendae operam datis: nominatim Venerabilem Fratrem Nostrum Periclem Cardinalem Felici, qui Romani huius sermonis cultor peritissimus esse cognoscitur, moderatores et socios Operis Fundati, quod, “Latinitas” appellatum, a Paulo VI, Decessore Nostro bonae memoriae, provido consilio est conditum; ex quibus nonnulli in Nostra Secretaria Status documentis Latinis componendis insistunt; necnon victores Certaminis Vaticani vicesimi primi.

Quod quidem Certamen, Pio XII probante et iuvante olim institutum, valde laudamus, cum linguae Latinae studiosos excitet ad impensiorem eiusdem sermonis cognitionem et usum.

Non est qui ignoret haec tempora studiis Latinis minus favere, cum homines, qui nunc sunt, in artes technicas sint procliviores et sermones vulgares habeant potiores. Verumtamen nolimus a gravibus documentis Decessorum Nostrorum discedere, qui momentum linguae Latinae, hac etiam aetate, maxime quod at Ecclesiam attinet, saepius in luce posuerunt.Est enim sermo Latinus lingua quaedam universalis, nationum fines transcendens atque talis, ut Sedes Apostolica in litteris et actis, ad universam Familiam catholicam spectantibus, eo adhuc firmiter utatur.

Est etiam animadvertendum fontes disciplinarum ecclesiasticarum maximam partem lingua Latina esse conscriptos. Quid vero dicendum de praeclaris operibus Patrum aliorumque magni nominis scriptorum, qui hunc ipsum sermonem adhibuerunt? Verae quidem scientiae compos non est putandus, qui linguam eiusmodi scriptionum mente non comprehendit, sed solum versionibus, si quae sunt, niti debet; quae tamen raro plenum sensum textus primigenii praebent. Hac de causa Concilium Vaticanum Secundum sacrorum alumnos merito monuit: “eam linguae Latinae cognitionem acquirant qua tot scientiarum fontes et Ecclesiae documenta intellegere possint”.

Ad iuvenes ergo imprimis convertimur, qui hac aetate, qua litterae Latinae et humanitatis studia multis locis, ut notum est, iacent, hoc veluti Latinitatis patrimonium quod Ecclesia magni aestimat, alacres accipiant oportet et actuosi frugiferum reddant. Noverint ii hoc Ciceronis effatum ad se quodam modo referri: “Non... tam praeclarum est scire Latine, quam turpe nescire”.

Omnes autem vos, qui hic adestis, et socios, qui vobis opitulantur, adhortamur, ut pergatis nobilem laborem et attollatis facem Latinitatis, quae est etiam, licet arctioribus quam antea finibus circumscriptum, vinculum quoddam inter homines sermone diversos. Scitote beati Petri in summo ministerio apostolico successorem incepti vestri felices exitus precari, vobis adesse, vos confirmare.Cuius rei auspex sit Apostolica Benedictio, quam vobis singulis universis libentissime in Domino impertimus.

© Copyright 1978 - Libreria Editrice Vaticana

Devise de Jean Paul II




DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
AUX PARTICIPANTS AU CONCOURS
ORGANISÉ PAR LA FONDATION « LATINITAS »

Lundi 22 novembre 1978

Vénérables frères et chers fils,

Nous sommes heureux de vous saluer, vous qui cultivez et promouvez le latin et en particulier notre vénérable frère le cardinal Pericles Felici, dont chacun sait qu’il est un grand spécialiste de cette langue romaine. Les dirigeants et les membres de la fondation Latinitas, opportunément créée par Paul VI, notre prédécesseur d’heureuse mémoire (certains d’entre eux travaillent à notre secrétairerie d’État pour la rédaction des textes latins) ; et les lauréats du 21e concours du Vatican.

Nous faisons un vif éloge de ce concours, institué avec l’approbation et l’aide de Pie XII, car il incite les latinistes à une connaissance et une pratique toujours meilleures du latin.

Personne ne l’ignore, les temps actuels sont peu favorables à l’étude du latin. Les hommes d’aujourd’hui sont davantage portés vers les techniques et les langues vulgaires. Nous ne voulons cependant pas nous écarter des graves documents de nos prédécesseurs qui ont souvent souligné l’importance du latin, aujourd’hui encore, surtout dans l’Église. Le latin est en effet une langue universelle, qui ne connaît pas de frontières, et le Siège apostolique lui demeure fermement attaché pour les lettres et les documents s’adressant à toute la famille catholique.

Il faut aussi rappeler que la plupart des sources des disciplines ecclésiastiques sont rédigées en latin. Et que dire des grandes œuvres des Pères et d’autres auteurs éminents qui ont utilisé cette langue ? On ne peut considérer comme un vrai scientifique celui qui ne sait pas lire ces écrits dans leur langue originale, mais ne peut recourir qu’à des traductions, lorsqu’il en existe ; et il est rare que celles-ci rendent pleinement le sens du texte original. Aussi, le IIe Cocile du Vatican avait-il demandé que les séminaristes « acquièrent la connaissance de la langue latine, qui leur permettra de comprendre et d’utiliser les sources de tant de sciences et les documents de l’Église. » (Décr. Optatam totius, 13.)

Aujourd’hui où, en beaucoup d’endroits, l’étude du latin et des humanités est en déclin, comme chacun le sait, nous nous adressons avant tout aux jeunes : qu’ils accueillent volontiers ce patrimoine de la latinité que l’Église a en grande estime et qu’ils le fassent fructifier avec ardeur. Qu’ils considèrent comme adressées a eux ces paroles de Cicéron : « Il est moins glorieux de ne pas savoir le latin que honteux de ne pas le savoir. » (Brutus, 37, 140.)

Mais à vous tous qui êtes ici et à vos collaborateurs nous demandons de continuer votre noble travail et de reprendre le flambeau de la latinité, qui est aussi, bien que dans des limites plus étroites qu’autrefois, un lien entre des hommes de différentes langues. Sachez que le Successeur de Pierre dans le ministère apostolique suprême vous souhaite un heureux succès dans vos travaux, qu’il est auprès de vous et qu’il vous soutient. En gage de quoi nous vous donnons volontiers dans le Seigneur, à tous et chacun de vous, notre bénédiction apostolique.

© Copyright 1978 - Libreria Editrice Vaticana                            


lundi 10 août 2020

Le site archéologique du Fâ

Situé dans le département de la  Charente-Maritime, le site archéologique du Fâ fut remarquablement fouillé et documenté. Son actuelle mise en valeur est un modèle. 
Un remarquable dossier pédagogique existe, qui comprend une présentation archéologique et historique précise : https://www.fa-barzan.com/wp-content/uploads/2019/06/Dossier-pedagogique-2018-2019.pdf

Voici quelques photos de la maquette qui reconstitue la zone d'habitation, et quelques photos des objets reconstitués par  l'archéologie expérimentale.
Enfin, et ce n'est pas négligeable de nos jours, l'accueil est assuré par des passionnés, universitaires, faisant preuve d'une compétence et d'une amabilité rares. 





Nous voici dans la tente d'un légionnaire.


Près du vexillum : le cep du centurion. 




Enfin, la reconstitution d'une section de tuyauterie en poterie.