M. Chassanite et ses élèves latinistes de Bretagne.











mardi 31 octobre 2017

Les chapelles grecques des îles du Frioul à Marseille

Depuis le début du XIXème siècle la fièvre jaune provoquait des épidémies contre lesquelles les autorités ne savaient se prémunir. 29 000 soldats du corps expéditionnaire français étaient morts à St Domingue en 1802, et une nouvelle épidémie avait fauché 20 000 habitants de Barcelone en 1821.
Le gouvernement de Louis XVIII et les autorités sanitaires locales décidèrent donc la création d'un hôpital sur l'île de Ratonneau, une des îles du Frioul. 
L'archipel du Frioul est un ensemble de quatre îles au large de Marseille, dont la plus célèbre est l'île d'If censée avoir accueilli Edmond Dantès. 
La décision de construire fut prise en 1821, les plans  confiés à l'architecte Michel Robert Penchaud (1772-1833), dont l'activité était considérable à Marseille et dans les environs au début du XIXème siècle. Penchaud était aussi un antiquaire au sens ancien du terme puisqu'il possédait une belle collection de monnaies antiques. 




Plan de l'hôpital. Sources : http://l-estrangie-e-li-santoun.over-blog.com/2014/09/l-hopital-caroline-sur-l-ile-du-frioul.html


Projet de restauration avec une vue d'ensemble du site. A noter toutefois que seule une partie du site, actuellement en ruine, sera remis en état. Sources : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/marseille-de-la-grande-peste-aux-58682


Les travaux prirent fin en 1828. 
De nos jours, le visiteur est surpris de découvrir au centre de l'hôpital un temple grec sur un haut podium. Penchaud était certes un admirateur de l'art antique, comme tous les architectes de son temps, et les bâtiments aux larges arcades reflètent cette influence. A-t-il plagié l'architecture grecque ou une construction  antique aurait-elle préexisté à l'édification de l'hôpital ? 




Le temple grec est en fait une chapelle chrétienne du XIXème siècle, construite de toutes pièces. Les raisons d'un tel choix esthétique sont difficiles à établir, faute de documents d'époque ou de confidences faites par Penchaud. Le surélèvement de la chapelle permettait cependant aux malades d'observer la messe depuis les lits des établissements de soin situés autour. Ce serait donc le podium qui aurait fait naître l'idée d'une architecture antique pour la chapelle.



                                                                         
       
La seconde chapelle grecque, construite dans le même style que celle de l'hôpital, est appelée "chapelle de la quarantaine". Elle domine le port du Frioul, en contrebas de l'hôpital. Ouverte à tout vent, selon le principe de la chapelle du haut, elle permettait aux marins bloqués dans les bateaux consignés par la quarantaine de suivre de loin les offices. Mais elle était aussi un rappel des origines grecques de la ville, et représentait pour les  marins étrangers un premier aperçu sur la cité phocéenne. 

                       

                       


                                         

Sources : http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=13207_3


Les sources sont rares sur l'histoire de l'hôpital de l'île de Ratonneau. On peut cependant lire avec profit l'article suivant : L'hôpital Caroline par le Professeur Georges François, sur le site http://patrimoinemedical.univmed.fr/articles/article_hopitalcaroline_v2.pdf


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire